Sony Labou Tansi, visionnaire engagé, sillonne les couloirs de l’espérance et, avec sa plume, travaille sans relâche à l’exercice de la lucidité. Le poète nous exhorte : « Il faut avoir le culot d’exister. Mes Amis, nous sommes encore au Monde : c’est un miracle. Faisons durer ce miracle-là ! »

Après « m’appelle Mohamed Ali », Etienne Minoungou revient au Public avec l’engagement qu’on lui connait : il fait sienne la parole incandescente de Sony Labou Tansi pour nous donner à vivre un spectacle total, musical, contre la défaite de l’esprit, en faveur de la vie et de l’espoir. Un chant qui soulève nos envies de fraternités !


Textes de Sony Labou Tansi, extraits d’« Encre, sueur, salive et sang » (édition établie et présentée par Greta Rodriguez-Antoniotti). Éditions du seuil, Paris, 2015.