Que la folie est contagieuse quand elle est heureuse !
Voici donc une pièce déconcertante, poétique et folle, qui met les sens, sens dessus dessous.

Au son de Nina Simone, un fils émerveillé (Jérémie Petrus) raconte comment il grandit entre une maman extravagante (Tania Garbarski) et un papa dévoué (Charlie Dupont). Il raconte sa vie en balade dans un univers riche de rencontres, de libertés et de priorités déplacées : est-il plus important d’aller voir les cerisiers en fleurs ou de réviser sa conjugaison ?

Tout est question de point de vue dans la vie.
Celle qui mène le bal, c’est elle, la mère, feu follet imprévisible.
C’est elle aussi qui a adopté Mlle Superfétatoire, un grand oiseau exotique et très inutile qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entrainer dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour, pourtant, elle va trop loin. Un changement d’air et d’humeur… père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte : elle est les racines, les branches et même la cime. Et eux sont les jardiniers qui doivent faire en sorte que l’arbre tienne debout.
L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.

Laissez-vous guérir de tous ces mois d’enfermement, laissez-vous emporter dans cette fête enivrante, laissez-vous cueillir par cette histoire sans pareille.