Ross, jeune cadre chez American Express, renverse avec sa voiture, Mister Green, un grincheux de 86 ans qui vit reclus dans son appartement. Ross écope d’une peine de 6 mois de travaux d’intérêt général : rendre une visite hebdomadaire à la victime. Mais voilà, depuis la mort de sa femme, Mr Green vit cloîtré, rideaux tirés, téléphone coupé, n’ouvre même plus son courrier et se nourrit à peine. Seules quelques habitudes tenaces raccrochent cet homme à la vie. Au départ donc, les préjugés de l’un feront écho aux méfiances de l’autre. Mais, il arrive heureusement que la donne change et, ce jeune homme qui déboule dans l’appartement du vieux bonhomme, mettra toutes leurs certitudes, voire même leurs vies, en question.

Le dialogue entre la jeune et l’ancienne génération, ça ne manque pas de sel ! Rien n’est figé, tout est mouvement. Même les convictions bougent et évoluent. Il est comique le vieux grincheux, et agaçant le jeune agité. Ils seront bien obligés de s’entendre pourtant, fut-ce le temps de la peine. Quand on est obligé de se côtoyer, on cherche un terrain d’entente. Tout cela est au cœur de Visites à Mister Green.
Les êtres se construisent parfois des digues autour du cœur. Entre chamailleries et vrais questionnements, la rencontre incongrue de ces deux fortes têtes vous revigoreront les sentiments.

(Préprogrammation sous réserve de la finalisation de nos accords avec les artistes et les auteurs.)